JL_SAC1

Maison de l'environnementMaison départementale de l’Environnement à Sacy-le-Grand

Lauréat phase concours 2012

Le projet marque la porte d’entrée d’un itinéraire de visite vers les marais de Sacy, un écosystème unique à contempler, à étudier et à préserver. Il se structure autour de deux dispositifs complémentaires : la recherche de transparence visant à fusionner les bâtiments à l’environnement du projet et à affirmer une relation forte entre l’intérieur et l’extérieur et la mise en œuvre de matériaux naturels présents sur le site comme la terre, le bois et la paille/roseau faisant successivement écho au sol, à la forêt et au marais.

Bois + terre crue + roseaux

  • Location: Sacy-le-Grand
  • Commission: Commande publique
  • Client: SAO pour le Conseil Régional de l'Oise
  • Area: 900 m² SHON + 3000 M² d’aménagement Ext
  • Value: 2.4 M€ HT
  • Date: Concours 2012
  • Assignment: Architectes mandataires mission de base + HQE + paysage
  • Team: Ginko ingénierie (TCE)
  • Project managers: Charlotte Siwiorek (concours)

Installé entre la route nationale et les marais, le projet pour la maison départementale de l’environnement marquera l’entrée et organisera le point de départ d’un itinéraire de visite vers un écosystème unique, un environnement naturel remarquable à contempler, à étudier et à préserver. Mares de tourbières, mésotrophes, prés humides, tourbières de transition et tremblants, marais calcaires, … sont autant de milieux habités par une faune et une flore sauvages d’une valeur écologique et biologique certaine.

Accès, circulation et articulation des volumes

Les particularités topographiques, d’orientations, de vues et les opportunités fonctionnelles, associées à une volonté de préservation des arbres existants et de réduction des déblais / remblais, ont guidé l’implantation des différentes entités fonctionnelles sur le site. Ainsi ;

  • La zone de stationnement (utilisé ponctuellement) sera disposée sur la zone basse et plane du côté du chemin communal et à proximité de l’accès depuis la RN17. Le parking sera un espace paysagé avec comme objectif de restituer l’esprit de la forêt préexistante. Les grands sujets seront conservés (pas de modification du relief), le revêtement de sol sera paysagé, les alignements dans l’organisation du parking seront évités (organisation dictée par les sujets existants) et des haies forestières compléteront le dispositif pour former des écrans bas devant les véhicules ;
  • La cour technique et les programmes de logistique seront implantés en partie basse avec un accès direct sur le cheminement technique. Le hangar regroupant l’ensemble des programmes de logistique séparera le parking public de la zone d’exploitation ;
  • La zone boisée dans la pente sera préservée et la végétation densifiée. Elle offrira un relai végétal qui inscrira le bâtiment principal dans l’ambiance forestière depuis le parking. D’autre part, ce filtre permettra la mise en scène de l’entrée piétonne depuis le parking ainsi que la gestion du dénivelé (y compris accessibilité aux PMR pour franchir les 2,90m de dénivelé) ;
  • Le bâtiment principal (regroupant accueil du public, locaux commerciaux, bureaux, aire de pique-nique) est implanté en partie haute du talus. D’un côté, il dominera la zone d’entrée (le relai boisé opérant un filtre arboré). De l’autre, il jouera le rôle de plateforme de départ, de plain-pied et en articulation visuelle et fonctionnel avec l’itinéraire de visite des marais. La plateforme de départ en forêt associée à l’aire de pique-nique est ainsi disposée au sud-ouest avec une orientation favorable. La position du bâtiment principal en interface entre ces deux entités lui confèrera un statut de porte d’entrée sur le site protégé et les marais.

Matérialité et systèmes constructifs

Les éléments bâtis se composent de plusieurs volumes (en construction bois) simples et bas avec une identité architecturale cohérente (même principe structurels et d’enveloppe). Un vocabulaire de socle protège les différentes constructions de l’eau en pied. Les toitures présentent de légères pentes qui se prolongent en coursives et débords de toitures. Elles assurent ainsi une protection solaire efficace en été, permettent la récupération des apports thermiques en hiver et une protection efficace des façades pour une meilleure pérennité des ouvrages. Les coursives couvertes introduisent un espace extérieur sur l’ensemble de la périphérie du bâtiment principal et favorisent ainsi un contact direct du visiteur avec le site. La toiture et le sol composent deux horizontales dans le paysage de la forêt. Entre les deux, un espace ouvert et transparent met en relation l’intérieur et l’extérieur.

Le traitement architectural des façades se structure autour de 2 dispositifs complémentaires :

  • La recherche de la transparence visant à fusionner les bâtiments à l’environnement du projet et à affirmer une relation forte entre l’intérieur et l’extérieur. Cette transparence est assurée par de grandes surfaces vitrées sur les espaces collectifs ;
  • La mise en oeuvre de matériaux naturels comme la terre, le bois et la paille/roseau faisant successivement échos au sol, à la forêt et à l’environnement végétal du site. Le choix de ces matériaux permettra une bonne intégration au milieu naturel et une exemplarité sur le choix des filières en termes d’impact environnemental. Ces procédés font également références aux techniques et savoirs faire traditionnels locaux.

Depuis l’intérieur, c’est l’extérieur qui est mis en scène : les couleurs chatoyantes brunes, ocres et orangées de l’automne ou brillantes et vives de l’été, les saisons qui passent, les couchers de soleil sur les retours de promenades.

Les espaces d’exposition sont très largement ouverts sur le paysage. Ils sont traversants et baignés de lumière. Les matériaux seront naturels et bruts. L’agencement permettra la modularité de l’espace et de la scénographie. Entre le bois au sol et au plafond, l’espace scénographique occupe le vide et établira des relations avec le paysage. Le travail scénographique est axé sur la transparence et les reflets en référence au milieu aquatique des marais.

JL_SAC1

ÉLÉMENTS GRAPHIQUES

Carte de situation

Plan masse

Plan de rez-de-chaussée

Elévation

Coupe transversale

Coupe longitudinale