JL_BRU1_SMARTPHONE_01-1920x969

Sous-bois MordoréExtension du lycée Talma avec médiatheque et réfectoire à Brunoy

Concours 2014

Nichée dans un paysage de sous-bois, l’intervention est constituée de deux strates architecturales. Une strate basse massive en pierre meulière reprenant une tradition constructive de l’architecture d’Ile-de-France et une strate en acier, zinc et bois ouverte sur le panorama.

Bois + pierre meulière
Basse consommation

  • Contexte : Lycée Francois Joseph Talma à Brunoy
  • Condition : Commande publique
  • Maîtrise d'ouvrage : Région Ile-de-France
  • Surface : 2000 m² SHON + Démolition + Paysage
  • Budget : 6.4 M€ HT
  • Calendrier : Concours 2014
  • Mission : Architectes mandataires mission de base + HQE + paysage
  • Équipe : EVP (structure), B52 (fluides), BMF (économie), ARWYTEC (cuisiniste)
  • Chefs de projet : Benoît Fiton (concours)
JL_BRU1_SMARTPHONE_02

A l’échelle urbaine (du boulevard Charles de Gaulle à la Rue de l’Espérance), le site est structuré par une alternance d’espaces de végétation de qualité et de volumes bâtis éparses. Les espaces naturels boisés s’implantent sur une articulation géographique entre les coteaux de la vallée de l’Yerres et le plateau de la Brie qui accueille la forêt domaniale de Sénart. Cette végétation forestière associée à un fort dénivelé incarne l’esprit du lieu et introduit une spécificité contextuelle.
Dans cet ensemble paysagé, les constructions sont modulaires, répétitives, implantées selon des principes géométriques strictes. Elles semblent ignorer les spécificités de cet environnement naturel pourtant en partie préservé et l’inscrivent comme un dispositif résiduel du projet urbain.

Dans ce contexte, le projet de démolition et de reconstruction engagé par la région porte en lui la potentialité d’une ré-articulation entre les espaces bâtis et les espaces naturels boisés à l’échelle du lycée. Cette perspective permettra de notre point de vue de réinscrire le lycée dans un contexte qui reste remarquable, de lui rendre une spécificité et de développer des qualités de confort et de convivialité à l’articulation entre des stratégies d’usages et des engagements écologiques.

L’emprise du bâtiment à démolir est l’occasion d’une nouvelle perméabilité avec l’environnement naturel. L’objectif vise à désenclaver la cour et à l’ouvrir sur l’environnement. En ce point particulier, un espace naturel viendra s’inscrire au contact et à l’intérieur de l’espace de récréation. Le projet paysagé ne sera pas celui d’un ilot végétal isolé mais plutôt celui d’un étirement du parc boisé existant à l’Est de la parcelle. Celui-ci retrouvera une visibilité depuis la cour.

Accès, circulation et articulation des volumes

Une nouvelle liaison couverte sera installée depuis la cour et jusqu’au nouvel équipement de façon à éviter l’enclavement et l’isolement de ce dernier. Cette liaison constituera la nouvelle colonne vertébrale de l’ensemble du lycée qui reliera les bâtiments existants au nouvel équipement à travers plusieurs séquences actives.

Depuis le préau et dans une continuité géométrique, la coursive permettra d’accéder à un espace public extérieur. Espace d’attente et de rendez-vous au pied de la demi-pension et des lieux de vie, il est situé au cœur du secteur boisé et s’organise autour d’un arbre existant remarquable. Depuis cette plateforme publique basse et dans une continuité fonctionnelle et formelle avec le préau, la façade accueillera dans une épaisseur de 3m l’ensemble des distributions horizontales et verticales. Ces dessertes seront ouvertes sur le petit bois qui sera préservé et mis en scène. Elles assureront des continuités optimales entre l’intérieur et l’extérieur et la façade signalera la dynamique des flux des étudiants à l’ouest, vers la cour. Disposées sur deux niveaux, les différentes entités programmatiques seront rendues accessibles directement depuis l’extérieur par ce dispositif de coursives.

Le volume bas accueillera la demi-pension. Le projet est un grand socle de pierre surplombé d’un étage largement transparent. C’est une masse minérale et solide qui assoit le projet et l’articule avec la géomorphologie du site. Au cœur de la demi-pension, un patio central de 130m² organise l’espace, partitionne les zones de programme sans les cloisonner et apporte lumière naturelle et végétation.

En partie supérieure, la surface plus réduite des programmes des lieux de vie (CDI et Salle polyvalente) offre l’opportunité d’un espace extérieur. Le programme sera ainsi disposé autour d’une place haute ouverte à l’ouest vers la cour du lycée. Ce lieu de partage et de rencontre (foyer extérieur de la salle polyvalente ou possible extension extérieur de la salle) fera le lien entre les différents programmes et permettra de les distribuer indépendamment. Ce belvédère suspendu dans la canopée du bois créera une polarité au cœur du nouvel équipement. Les lieux de vie (CDI et salle polyvalente), facilement accessibles, s’organiseront en forme de U et en périphérie de cet espace central pour favoriser une relation visuelle et d’usage forte entre l’intérieur et l’extérieur.

Matérialité et systèmes constructifs

Le vocabulaire employé s’inscrira dans une continuité de géométrie et de traitement avec les murs et murets de pierres meulière présents sur l’ensemble du site et dans l’environnement élargi du projet.  Une large toiture à deux pans couvre et protège les deux étages de l’édifice et les espaces extérieurs de distribution. Les contacts structurels entre la toiture et les parois seront limités au strict minimum. La géométrie des différents pans de toiture est induite par la volonté de limiter l’impact en hauteur du bâtiment en périphérie, de favoriser l’ensoleillement de la cour haute, de gagner en volume à l’intérieur des locaux et d’assurer une protection des façades aux intempéries permettant une plus grande pérennité des ouvrages dans le temps.

ÉLÉMENTS GRAPHIQUES

Carte de situation

Plan masse

Coupe détail