JL_MLF1

De grès et de pinMaison du Parc naturel régional du Gâtinais à Milly-la-forêt

Lauréat concours 2009

Lauréat du prix René Fontaine Architecture et Patrimoine 2015 (décerné par Maisons Paysannes de France)

Lauréat du prix Environnement et Architecture de l’Essonne 2013

Lauréat du prix national 2013 de l’Architecture en terre crue (aménagements intérieurs)

Lauréat des Lauriers 2014 de la construction bois

Milly-la-Forêt, village d’histoire ;  il y a ici naturellement continuité des typologies et profils ruraux, des paysages typiques : murs et murets ininterrompus de grès clairs, alternance des façades et pignons sur rue, sols et caniveaux de pierres, portails et volets de bois, toitures de tuiles plates, chéneaux et gouttières de zinc. Mais aussi références aux séchoirs à plantes aromatiques, tinctoriales ou médicinales, aux paysages du Gâtinais, fabriques de saveurs, de couleurs et de guérisons ; paysages sauvages ou de cultures dont notre jardin est le reflet.

Projet passif
15 KW.H/m3 chauffage
Matériaux locaux : pierre de Grès local, bois de Douglas français, terre crue, isolation de chanvre
Menuiseries bois + huile naturelle

  • Contexte : Milly-la-Forêt
  • Condition : Commande publique
  • Maîtrise d'ouvrage : Conseil général de l’Essonne
  • Surface : 1000 m² SHON
  • Budget : 1.8 M€ HT dont paysage
  • Calendrier : Livraison 2013
  • Mission : Architectes mandataires mission de base + OPC + HQE + paysage
  • Équipe : CFERM (fluides, HQE), EVP (structure), V. Pourtau (économie)
  • Chefs de projet : Maud Chevet (concours), Charlotte Siwiorek (études), Andréa Santangelo (chantier)

L’intention conceptuelle est ici d’abord une intention contextuelle. Le projet est construit autour de la morphologie spécifique du site. Il s’en inspire. Le projet en ressort très compact, grâce à une minimisation des surfaces de sols et de façades, et de forme simple dans une unité de volume et d’aspect. Le bâtiment se trouve ancré sur le mur mitoyen existant libérant un vaste espace à l’est pour les aménagements extérieurs. Le caractère fermé du site est respecté tout en offrant une large ouverture possible entre la cour et le Boulevard grâce à la cour d’entrée pavée.

JL_MLF1

Accès, circulation et articulation des volumes

Le fonctionnement du projet est par ailleurs facilité par une organisation claire. Au nord, les accès et les espaces « publics » intérieurs en double hauteur et en continuité avec la cour pavée donnant sur l’accueil. Au sud la zone de travail et ses services. Dans les bureaux et les espaces de vie (espace salon en mezzanine et espace personnel au RDC), la qualité et le confort visuel, acoustique et olfactif ont été privilégiés. Les circulations sont éclairées naturellement par des ouvertures zénithales à l’ouest et par des trémies le long du mur en terre crue. Le couloir de l’étage est ainsi transformé en véritable passerelle baignée de lumière et permettent d’éclairer naturellement le couloir du RDC. Ceux-ci, plus larges que la norme, font le lien entre les espaces servants (archives, copies, sanitaires…) et les espaces servis (espaces de travail cloisonnés et flexibles) donnant sur le grand jardin constitué d’arbres et de plantes d’essences locales.

Matérialité et principes constructifs

Les systèmes constructifs utilisés sont des systèmes éprouvés : murs de pierre en parement au RDC, châssis vitrés, murs et charpente à ossature bois. Ces derniers ayant l’avantage de la construction sèche et de la préfabrication en atelier en termes de finition, de chantier propre et de rapidité d’assemblage. Au centre du bâtiment, un grand voile de terre crue, colonne vertébrale du projet, apportera chaleur visuelle et inertie thermique.

Ce mur fait partie des dispositifs environnementaux passifs (bioclimatiques) intégrés au bâtiment afin de minimiser les consommations énergétiques, la maintenance et l’entretien : inertie thermique, forte isolation de laine de chanvre croisée (25 à 30cm), protections solaires fixes et mobiles, implantation générale du bâtiment Est-Ouest, organisation interne selon l’orientation et les vues et principes de ventilation naturelle traversant permettent un confort d’hiver et d’été accrus et une consommation générale équivalente au label Passivhaus.

ÉLÉMENTS GRAPHIQUES

Carte de situation

Contexte : matérialités et vocabulaire architectural

Carrière locale de Grès

Plan de rez-de-chaussée

Plan d'étage (R+1)

Elévations

Détail constructif