Champs contrechampsConstruction d'un gymnase à Villepreux

Lauréat concours 2015

Le projet fait face au grand paysage de la plaine de Versailles. Les volumes sont simples et compacts et affichent une matérialité terrestre en camaïeu de bruns faisant écho aux textures et aux couleurs des sillons agricoles. Autour, des jardins en vergers mettent en valeur l’édifice. Ils assurent un emmarchement progressif des hauteurs et offrent des spatialités intériorisées, des lumières variées et des atmosphères végétales locales et saisonnières.

Démarche HQE
Structure bois
Monomur brique sans isolation ni vêture
Enduit à la chaux aérienne griffé

  • Contexte : Villepreux
  • Condition : Commande publique
  • Maîtrise d'ouvrage : Ville de Villepreux
  • Surface : 2900 m² SU + 3400 m² ext
  • Budget : 4,6 M€ HT
  • Calendrier : Livraison 2018
  • Mission : Architectes mandataires mission de base + OPC + HQE + paysage
  • Équipe : EVP (structure), Urbatec (VRD), Choulet (fluides, HQE), BMF (économie)
  • Chefs de projet : Charlotte Siwiorek (concours et études), Josselin Pilorge (chantier)

La situation particulière de la parcelle, entre l’espace rural et l’extension en cours de la ville, amène une réflexion sur l’entre-deux à l’image du contrechamp cinématographique. D’un côté, vu depuis la départementale ou depuis les champs, le projet devra se fondre dans un environnement terrien et végétal. De l’autre, il devra s’inscrire en continuité du lotissement constitué de pavillons clairs entourés de jardins conférant au quartier un aspect paysagé marqué.

Dans ce cadre intermédiaire, le projet présenté n’est ni urbain ni rural. Il est les deux.

Depuis la plaine de Versailles, nous proposons ainsi un volume simple et compact à la matérialité terrestre et brun foncé faisant écho aux couleurs et aux textures des sillons agricoles afin de mieux s’intégrer dans le grand paysage. Depuis le quartier, les volumes simples et sculpturaux, la matière enduite et les tonalités de l’édifice plus claires engagent un dialogue avec les constructions voisines. Autour du projet, la conception des espaces paysagers, à la fois circonscrits et ouverts, recréent un dispositif de jardins périphériques mettant en valeur l’édifice. Ou plutôt le groupe d’édifices, tant nous avons souhaité fragmenter le programme pour le rendre moins massif. Fermant le terrain, les murs ponctuels constituent un emmarchement progressif des hauteurs pour offrir une échelle plus basse du projet au contact des maisons individuelles et de l’espace urbain.

Accès, circulation et articulation des volumes

Dans le parcours entre la ville et le nouveau complexe sportif, deux petits parvis à l’échelle de l’environnement résidentiel font le lien vers l’entrée. Ils conduisent à un premier jardin dessiné comme l’antichambre végétale du hall qui s’ouvre dans son prolongement. Positionné au centre du complexe, celui-ci trouve une position stratégique et centrale à la croisée des circulations verticales et horizontales. Au RDC, il distribue les 2 grandes salles via leurs vestiaires dédiés et à l’étage, il mène à la salle de réunion, la salle de danse et le gradin qui trouve ainsi en hauteur, un point de vue favorable sur la salle multisports.

Depuis l’intérieur, les jardins périphériques offrent des spatialités intériorisées, des lumières, des usages, des atmosphères végétales locales et saisonnières et des relations au dehors sans gêne et sans vis-à-vis entre le gymnase et les maisons alentours. Les grandes salles sportives sont des volumes simples et lumineux. Elles bénéficient d’une lumière naturelle diffuse et homogène depuis les ouvertures zénithales adaptée à la pratique sportive et d’ouvertures sur les jardins ou la Plaine de Versailles depuis les gradins de la grande salle.

Matérialité et systèmes constructifs

Le parti constructif met en oeuvre une structure bois en lamellé collé pour les grandes portées en toiture. Les parois sont maçonnées avec des briques de terre cuite alvéolaires de 42 cm d’épaisseur assurant une performance thermique et mécanique satisfaisante sans rajout d’isolant. Un enduit de finition à la chaux aérienne est griffé sur les façades extérieures et complété par un enduit au plâtre à l’intérieur (paroi perspirante). Le dispositif est simple, économique et pérenne.

ÉLÉMENTS GRAPHIQUES

Carte de situation

Plan de rez-de-chaussée

Plan d'étage (R+1)

Coupe transversale (salle multisport)

Coupe transversale (salle de gymnastique)